Accueil

SARAH

BESSIÈRE

PSYCHANALYSTE

07 56 85 75 35

Le parfum des fleurs la nuit – Leïla Slimani

« Comme l’écrit Kundera, « l’homme moderne triche ». Il ne veut pas regarder la mort en face et fait semblant de croire que les choses dureront, qu’il y a une place pour l’éternité. Nos sociétés, qui vénèrent le « principe de précaution », le « risque zéro », détestent le hasard car il vient briser nos rêves de contrôle. La littérature, au contraire, chérit les cicatrices, les traces de l’accident, les malheurs incompréhensibles, les douleurs injustes. » (p.98)
« J’ai lu quelque part une légende africaine qui dit que les morts continuent de vivre parmi nous tant que nous parlons d’eux. Senghor écrivait : « Les morts ne sont pas morts ». Ils ne disparaissent vraiment que le jour où s’éteint la dernière personne à les avoir connus. Tant que nous avons quelque chose à dire sur les fantômes, tant que des souvenirs nous traversent, même silencieux, même tapis tout au de la nuit noire de notre mémoire, les fantômes cohabitent avec les vivants » (p.108)